W3.CSS

click & read

Nos meilleures histoires

Histoires



Partagez | 
 

 
Broken

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Seohyunnim
avatar
-lapin blanc-
follow me
Messages : 17
points : 36
Date d'inscription : 02/03/2017
Age : 20
Situation : En couple avec mon lit.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Broken    Ven 3 Mar - 21:26


Broken
[url=http]COMMENTAIRES[/url]

Kai est l'icône des EXO. Main dancer, peut-être aussi visual, mais adulé par des milliers d'EXO-L dans le monde. Ha Na est la femme de l'ombre, tapie dans la popularité monstre de son petit-ami, elle va faire face à un évènement qui marquera leur vie à jamais.

+ genre & sous-genre :Slice of life, drame, amitié + romance.
+ public : -16
+ avertissements : Peut contenir de la violence verbale.
+ autres précisions : Les EXO ne m'appartiennent pas, en outre je ne clame aucune caractéristiques apparentes dans cette fanfiction comme étant réelle quant au caractère des EXO. Cependant, Ha Na est un personnage totalement fictif.
Revenir en haut Aller en bas
Seohyunnim
avatar
-lapin blanc-
follow me
Messages : 17
points : 36
Date d'inscription : 02/03/2017
Age : 20
Situation : En couple avec mon lit.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken    Ven 3 Mar - 21:54




❝Prologue ❞
Toi & Moi
Je ne sais vraiment plus à quel moment ça s’est réellement passé. Enfin si, je me souviens maintenant ce que je faisais, à chaque seconde, à chaque bouffée d’air glacée qui figeait mes poumons.

Il était une heure du matin, et le concert des EXO venait de se terminer. Concert que je n’avais pas pu assister à cause d’une affaire familiale qui aurait pu attendre, mais non, selon ma mère. J’avais donc suivi d’un oeil le concert, et une fois devant le dortoir des EXO, j’avais envoyé un message à Jongin pour le féliciter et lui dire que je l’attendais.
Prendre soin de lui était l’une de mes priorités absolue. Je ne pouvais pas faire grand chose en plus. Je n’étais ni membre du staff, ni en position de prendre de grosses initiatives. Cependant, témoigner mon soutien et tout mon amour pour lui était un signe que nous étions soudés. N’est-ce pas ? Je me rappelle de son dernier message : « Merci, tu es la meilleure ! ».
Une heure, deux heures, rien. Je m’inquiétais de plus en plus, et même en essayant d’appeler Jongin, encore et encore, je n’avais aucune nouvelle. Et c’était ça qui me tourmentait. Je tournais en rond devant l’immeuble encore pris en otage par les fans. Puis le téléphone sonne, enfin. Mes yeux s’écarquillèrent lorsque le nom de Minseok apparût sur mon écran. Soudainement, je n’avais plus envie de décrocher. J’avais un très mauvais pressentiment, mais il fallait en avoir le coeur net. Je décroche, soucieuse, en attendant que mon interlocuteur ne m’adresse la parole.

« Hana ? »
« … »
« On est à l’hôpital, on a eu un accident. »



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Seohyunnim
avatar
-lapin blanc-
follow me
Messages : 17
points : 36
Date d'inscription : 02/03/2017
Age : 20
Situation : En couple avec mon lit.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken    Ven 3 Mar - 22:47




❝Chapitre 1 ❞
Toi & Moi
Cette nuit était interminable. J’en avais l’impression lorsque je me précipitais vers l’hôpital que Minseok m’avait communiqué. Je ne pensais plus à rien sauf à la sûreté de mon petit-ami. Je n’avais jamais réalisé à quel point cela pouvait être effrayant, cauchemardesque de se dire que l’être aimé était en danger. Notre danger à nous était bien différent de celui-ci. Être en relation avec une idole aussi populaire que Kai, c’était presque impossible, mais pourtant, nous avions réussi à sauvegarder notre petit monde à nous aux yeux de tous pendant presque deux ans. Un temps record. Et ce soir, j’avais bien peur que tout cela s’arrête, comme un doux rêve évanoui une fois réveillé.

Le souffle hérétique, la mine fatiguée et sûrement méconnaissable, j’aperçois dans le couloir des urgences un petit groupe attendant près des salles de prise en charge. J’y vois Minseok, Kyungsoo, Lay et Chanyeol.

« Qu’est-ce qui s’est passé ?! » m’exclamai-je.

Je ne savais plus comment je faisais pour tenir debout, mais mes jambes menaçaient à tout moment de me lâcher. Kyungsoo a le regard grave. Tout comme les autres.

« Répondez-moi…Où est Jongin ?! »

Des regards résignés, une hésitation et Minseok pose sa main sur mon épaule.

« Il est en train d’être examiné. »
« Mais il va s’en sortir ! Hein ? » 

Mon exclamation sonnait plutôt comme un supplice, une prière.

« On attend le médecin. » lâcha Kyungsoo avec une certaine douceur.

Je n’ai d’autre choix que d’attendre moi aussi. Je ne réponds pas, m’asseyant à côté de Chanyeol qui ne sait quel mot me dire. Je n’en ai pas besoin. Tout ce que je souhaite, c’est que Jongin et les autres s’en sortent. J’ignorais à quel point cet accident avait pu être grave, mais je pouvais voir par leur mine solennelle et épuisée que ça n’avait pas été une partie de rigolade.

Les portes s’ouvrent enfin sur le médecin qui s’avance vers nous. Je me lève, manquant de trébucher avant que Minseok ne me retienne.

« Comment vont-ils ? » demanda Kyungsoo.
« Nous allons devoir garder Monsieur Kim Jong In »

Mon coeur se serre, j’ai peur de la suite. Je ne veux pas entendre, je ne tiens plus à connaître l’état dans lequel se trouvait mon pauvre petit-ami. Je serre le bras de Minseok, lui aussi tendu.

« Nous pensons que sa colonne vertébrale a sévèrement été touchée, nous ne pouvons affirmer exactement les séquelles qu’il va avoir, c’est pour cela que nous devons le garder en observations. Quant aux autres, il est préférable qu’ils restent également ici pour la nuit. Leur blessures sont minimes par rapport à celles de Monsieur Kim. »

Mes oreilles bourdonnent, je suis obnubilée par ces mots. Puis les larmes montent, menacent de couler le long de mes joues.

« Est-ce qu’on peut les voir ? » risqua Minseok.
« Repassez plutôt dans deux jours, vous avez aussi besoin de repos messieurs, mademoiselle » dit le médecin avec autant de tact que possible.

Cependant je n’étais pas dupe. Je savais pertinemment que ces mots pouvant paraître inoffensifs cachaient une vérité bien plus atroce encore. Je soupire, me pinçant les lèvres pour retenir mes sanglots qui persistaient.

« Hana, tu devrais rentrer aussi…Je suis désolé » fit Chanyeol en m’éloignant de la salle.
« Chanyeol, comment je peux le laisser ici ? Je… »
« Ce n’est pas de ta faute, tu le sais, ça aurait pu arriver à n’importe qui d’autre, mais ne te sens pas coupable, d’accord ? Il aura besoin de toi, encore plus qu’avant. »

Chanyeol était bien sérieux, peut-être trop, mais je ne pouvais m’empêcher de me dire qu’il avait raison. Sans plus de grands discours, je suis reconduite à l’entrée par D.O qui fait signe à un taxi. Il se pencha vers la fenêtre et me dit:

« Je te tiens au courant, d’accord ? Je…Je ne peux pas te garantir que les nouvelles seront bonnes, mais tâche de ne pas trop te faire de mal. On compte sur toi. »

Les mots de D.O me touchèrent. Je sais que j’étais égoïste de ne penser qu’à Jongin plus qu’aux autres. Et pourtant, il me rappelait à quel point je m’étais rapproché d’eux. Ma rencontre avec les EXO s’était faite de manière très familiale. Je ne m’attendais pas à un tel accueil, et bien vite, ma place dans leur « famille » s’était faite naturellement. J’étais une soeur, quelqu’un avec qui il pouvait parler de tout et n’importe quoi…Et j’aimais tellement passer du temps avec eux que je ne pouvais me résoudre à ne pas les aimer.

Les deux jours qui suivirent, j’étais revenue à l’hôpital, toujours avec D.O, Xiumin, Lay et Chanyeol, ainsi que leur manager. L’annonce fatale arriva, et, mon coeur s’était comprimé jusqu’à se briser quand le chirurgien nous annonça que Jongin ne marchera peut-être plus jamais. J’étais anéantie, mais ce n’était rien comparé au désespoir de ses camarades. Suho avait vieilli d’un seul coup. Les traits extrêmement tirés, la mine ravagée par le poids des épreuves traversées et par ses propres blessures, je ne trouvai aucun mot à lui dire pour lui exprimer toute ma compassion. Je me sentais comme une étrangère. Ce n’était plus de mon ressort.

« Une rééducation est sûrement possible, mais il y aura toujours des séquelles » intervint le docteur en s’adressant à notre groupe comprimé dans son bureau.

Les yeux rivés sur mes mains, je déglutis. Je n’ai plus la force de pleurer, ni le courage de voir les visages de mes amis. Je vois Suho baisser la tête. Je devine qu’il se sent très mal, tout comme les autres qui m’entourent. Le groupe était plongé dans la tourmente. Ils venaient de perdre un de leur meilleur atout, et désormais, leur avenir était compromis. Comment pouvaient-ils continuer sans lui ? « C’était impossible » avait déclaré Suho, tout aussi éploré que moi avant que nous allions voir le médecin. Et ses parents, sa famille ? J’avais aperçu les parents de Jong In dans le couloir ce matin. Sa mère pleurait beaucoup, et son père semblait retenir ses émotions. Je ne m’étais jamais sentie aussi inutile que maintenant.

« Alors…Est-ce qu’il va devoir arrêter sa carrière ? » couina le leader, redoutant la réponse.
« Eh bien…Tout dépend de lui, mais si j’étais vous, je pense qu’il serait préférable d’envisager cette option »

Je sais que Jongin est réveillé, et je me pose la question de savoir s’il le sait, s’il est conscient que sa vie a radicalement changée pour un rien, en quelques secondes. Mais quand j’essaye de m’imaginer à sa place…Un sentiment d’horreur m’envahit.

« En tout cas, je vous conseille fortement de mettre vos carrières entre parenthèses. Cet accident n’est pas à prendre à la légère. » ajouta le médecin plus fermement.

L’atmosphère est tendue, grave. Et quand on nous annonce que nous pouvions aller voir Jongin, j’ai envie de m’enfuir à toutes jambes. Affronter son regard, le revoir dans un état qui allait me briser le coeur encore plus ne m’enchantait pas du tout. D.O le devine en voyant mon air paniqué. Avec assurance, il me serre la main. Nous sommes dans le couloir, sur le chemin pour rendre visite à notre petit-ami.

« Nous sommes là, et si jamais tu craques, je serai là aussi »
« Merci Soo… »

La porte qui nous sépare maintenant de Jongin m’apparaît comme étant la dernière chance de faire demi-tour.

« Euh…Je…Allez-y sans moi pour l’instant…Je le verrai plus tard, seuls à seuls, si ça ne vous gêne pas » déclarai-je la gorge serrée.

Ils parurent décontenancés quelques secondes puis Suho hocha la tête avant d’entrer. Je ne regarde pas, j’attends contre le mur, le regard rivé sur mes pieds. Je réfléchissais aux mots que j’allais dire, à essayer d’anticiper son état, mais rien ne pouvait me laisser deviner ce qu’il se passait derrière cette porte. Il s’écoule une heure peut-être avant que le groupe ne sorte, l’air grave et désespéré. Xiumin et Lay m’adressent un regard et hoche la tête de gauche à droite, me faisant comprendre que ce n’était pas beau du tout. Je commence sérieusement à avoir peur. Mais il fallait que je le vois. J’avais enfin le courage d’affronter la réalité et de venir seule à seul avec lui. La vision que j’eus de mon petit-ami dans un lit d’hôpital me fendit le coeur, mais j’essayais de ne pas pleurer, de réprimer cette tristesse. Je n’avais jamais été une bonne comédienne, mais Jong In lui, n’avait pas la force de cacher ses émotions. Quand je croisai son regard rougi empli de tristesse et de colère, je me dis que j’allais craquer instantanément, mais je résistai.
La question de « Comment tu vas ? » me parut déplacée, alors je m’assis à côté de lui, demandant avec calme :

« Comment te sens-tu ? »

Son regard fuit, et je vis ses doigts serrer les draps blancs immaculés.

« J’ai connu des jours meilleurs »

Je me demandais s’il disait ça pour me rassurer ou bien pour se convaincre lui-même que ça irait. Je lui pris la main. Elle était froide.

« Jong In… »
« Je n’ai pas besoin de ta pitié » avait-il lâché avec fermeté.
« Je n’ai pas pitié de toi. »

Je lui serrai la main, les lèvres tremblantes avant qu’il ne dégage sa main de la mienne.

« Ose dire que ça ne te fait rien d’avoir un petit-ami en fauteuil roulant pour le reste de sa vie ! Toi aussi tu vas me tourner le dos ! Tu vas me considérer comme un fardeau ! »

J’étais choquée par ses paroles si dures et tranchantes; Je n’avais pas, ni avant, ni maintenant pensé cela, et je n’avais pas l’intention de partir, de le laisser dans la tourmente.

« Ce n’est pas vrai ! Tu crois que ça me fait plaisir de te voir ici dans cet état ? » avais-je couiné, la voix étranglée.

Il ne me regardait toujours pas. Je voulais croiser son regard, lui dire droit dans les yeux que je resterai à ses côtés jusque la toute fin. Cela avait toujours été ainsi pour moi. Il m’avait dit au début, avant que nous soyons ensemble qu’il ne me promettait rien, et que l’on risquerait de rompre. Alors je lui avais dit que je ne serai pas celle qui romprait avec lui en premier, et que si il me quittait, alors je n’aurais eu aucun regret. Je n’attendais rien de lui, je n’attendais pas qu’il croit sur les toits qu’il m’aimait, ni que j’étais la femme de sa vie. Je comprenais parfaitement ses choix et j’ai toujours respecté ses actions. Bien sûr, nous nous sommes disputés plein de fois. Nous nous sommes aimés comme des fous, nous avions des projets, des rêves. Même si le rêve de Jong In venait de voler en éclats, je n’abandonnais pas nos projets.

J’allais ouvrir la bouche pour parler, mais mon téléphone vibra, me coupant de mon élan. Je me relève pour décrocher à ma mère. Elle s’inquiétait pour moi. J’étais rarement à la maison depuis l’accident, je ne mangeais que très peu et je n’avais pas dormi depuis deux jours. J’essayais de la rassurer au plus, mais quand je vis une tâche rouge grandir de plus en plus sur le drap blanc à l’emplacement de la cuisse droite de Jong In, je lâchais mon téléphone.

« Jong In ! Arrête ! »

Je m’étais ruée sur lui, essayant de l’empêcher de mutiler son corps plus que ça. Le son métallique de la fourchette qu’il avait sur son plateau repas résonna dans la pièce.

« Tu vois ? Je ne sens plus rien ! Je ne peux plus bouger ces putains de jambes, je ne peux même plus sentir la douleur, rien !! Putain…Fait chier… »

Il éclata en sanglot alors que mes yeux s’inondaient de larmes. Mon réflex de presser sur sa jambes ensanglantée ne m’empêcha pas de pleurer, au contraire, la pression accumulée depuis l’accident venait de lâcher, comme une cocotte minute en pleine ébullition.

« Ça ira ! Je ne te laisserais pas ! Même si le monde entier te tourne le dos, je serai là à tes côtés, alors je t’en supplie…Arrête…Jong In…Je t’en supplie…Je t’aime… »

Je me demandais s’il avait compris ce que je venais de dire, tellement mes paroles étaient déformées par les sanglots. Je l’entends également pleurer. Il venait de dire adieu à l’un de ses rêves les plus chers. Tout ce qu’il avait fait jusque là, il ne pourrait plus le faire.

« Je suis fini…Je suis plus rien sans la danse Hana !! Je ne suis plus Kai, je ne suis plus un EXO. Je suis juste Jong In, un pauvre type qui est devenu paralysé à vie !! Tu trouves ça juste ?! »
« Non !! Non ce n’est pas juste je le sais ! Mais putain Jong In ! Je sais que c’est très dur, que cela semble impossible pour toi, ni pour moi, mais …est- ce qu’on a le choix ? Je t’assure que j’aurais pris ta place si je le pouvais…Je t’aurais redonné tes jambes si j’en avais le pouvoir, mais qu’est ce que MOI je peux faire à part rester à tes côtés ?! Qu’est-ce que je dois faire….Putain… »

Et ma voix mourut dans un long sanglot. Je sentis sa main s’affaisser. Plus rien, pas un mot. Mes mots auraient-ils apaisé la situation ? J’eus à peine le temps de voir ses prunelles chocolats, pleurant toutes les larmes possibles que les infirmières arrivaient, affolées par notre dispute.

Je me dégageais pour qu’elle soigne la jambe de Jong In, mais je fus priée de sortir de la chambre. Je me dirigeais vers les toilettes pour me laver les mains. La couleur rouge de l’eau me fit grimacer. Je ne comprenais pas toute sa détresse, mais au moins, j’étais plus à même de la comprendre plus que les autres, en dehors des EXO.

Quand je sortis des toilettes, je vis D.O qui vit l’état de mon visage rougit et strié de larmes. Sans un mots, il me prit dans ses bras, ce que je ne rejetai pas. Calmement, je lui rendis son étreinte. J’aimais cette part de pudeur chez lui. Il n’avait jamais été intrusif quand il s’agissait de moi ou de ma relation avec Jong In. Je discutais bien avec Kyungsoo et j’éprouvais des sentiments fraternels, comme une petite soeur envers un grand frère à son égard. Je me sentais en sécurité avec Kyungsoo.

« Je sais que c’est dur pour toi aussi…Je suis là Hana »
« Merci Kyungsoo…Oh mon dieu…Je me sens tellement inutile… »
« Nous aussi. Nous aimerions vraiment l’aider »

Je savais que les EXO se sentaient coupable, mais en parlant de coupable, il s’avérait que l’accident avait été provoqué par une voiture qui poursuivait le van, sûrement des fans aussi folles les unes que les autres. La voiture ayant fait une queue de poisson, le van avait du changer de direction pour éviter de rentrer dans la voiture et avait fini sa course dans le fossé, et c’est à ce moment-là que Jong In perdit à jamais l’usage de ses jambes. Quand je l’avais su, j’étais devenue tellement folle de rage que je voulais toutes les irradier de la surface de la terre. Dès le départ, je haïssais ses sasaengs qui stalkaient, harcelaient et mettaient la vie des idoles en danger. Et voici le résultat de cette folie insatiable. C’était impardonnable, et j’étais décidé à ne jamais leur pardonner. Les coupables avaient été interpellé la veille et en ce moment, elles étaient sûrement au poste de police.

« Tu sais Hana…Jong In a besoin de toi le plus. Sa famille aussi, mais toi, tu es celle qui le connait le mieux avant nous. Tu es sa petite-amie, alors… »
« Ne t’en fais pas Kyungsoo, je ne vais pas le quitter. Au contraire »

J’avais ravalé mes larmes et avait faiblement souris au chanteur qui semblait plus rassuré. Je lui embrassai la joue et retournai voir Jong In qui s’était endormi, ou bien lui avait-on injecté des calmants pour le faire dormir ? Je caressais ses cheveux bruns, et observait le bandage autour de sa cuisse.

« Je ne te laisserai pas…Je ne leur pardonnerai pas. Alors…crois en moi »


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Seohyunnim
avatar
-lapin blanc-
follow me
Messages : 17
points : 36
Date d'inscription : 02/03/2017
Age : 20
Situation : En couple avec mon lit.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Broken    Sam 4 Mar - 11:23




❝Chapitre 2 ❞
Toi & Moi
Partagée entre les allers et retours entre l’hôpital et la faculté, je ne me donnais aucun instant de répit. En toute franchise, il était hors de question de rater ne serait-ce qu’un jour de visite pour Jongin. J’avais peur de le laisser seul trop longtemps et qu’il broie encore plus de noir. Depuis ma dernière visite, j’avais l’impression de parler à un mur, ou plutôt une coquille vide. J’avais beau faire tous les efforts du monde pour essayer de, ne serait-ce lui arracher l’ombre d’un sourire, je n’obtenais aucune réponse. Mais je ne perdais pas espoir. En général, j’omettais volontairement de lui demander ce qu’il faisait, car la réponse se résumait à rien. Il se plaignait de devenir fou, et je le comprenais. Être coincé entre quatre murs blancs avec une télé et avec peu de chaîne, et comme rare visites en dehors de son groupe, sa famille et moi…C’était le vide. Plus les jours passaient, et plus Jongin se renfermait. Je ne savais plus comment faire et les EXO non plus.

Partager mes inquiétudes avec Kyungsoo et Xiumin devint une routine. Tout autant concernés que moi, ils me faisaient part de leur suggestions, et je leur donnais mon opinion. Malheureusement, Jongin réagissait toujours de manière négative. Malgré tout, une nouvelle me rendit satisfaction : la SM , la famille de Jongin et le groupe avaient décidé de porter plainte contre les quelques sasaengs responsables de l’accident. Autant cette décision me poussait à croire que ça irait mieux, autant je me trompais lourdement. Cela ne changeait strictement rien au problème. Jongin était incapable de mouvoir ses jambes, et Dieu savait combien il essayait, quand j’avais le dos tourné. Je fermais les yeux. Je n’avais pas mon mot à dire, et materner Jongin ne me ressemblait pas.

Le manager du groupe fut assez aimable de m’amener voir Jongin. Le temps à Séoul était magnifique aujourd’hui, et le ciel était d’un bleu éclatant, malgré le froid qui rappelait que nous étions encore en hiver. Désormais, l’éternel paysage de la périphérie menant jusqu’à l’hôpital était devenu familier. Les mêmes arrêts de stop, presque toujours la même femme au téléphone attendant le bus de dix heure trente-cinq…Je ne relevais plus ces détails.

« Tu devrais peut-être prendre un jour pour toi non ? » me suggéra le manager avant que je ne sorte de la voiture.

Ce manager me faisait peur il y a encore quelques années. Hormis le fait qu’il est super strict avec tout le monde, il n’en reste pas moins un individu compétent et compréhensif. Quand il avait découvert notre relation entre Jongin et moi, j’étais persuadée qu’il m’aurait dit des choses du genre : « Arrête de voir Jongin ou bla bla bla… » mais ce ne fut pas le cas. Au contraire, il se montrait plutôt favorable à notre couple, ce qui en avait étonné plus d’un et pour des raisons que j’ignore encore aujourd’hui. J’avais appris à l’apprécier au fil du temps et je lui était reconnaissante pour sa considération.

« C’est gentil, mais ça va, je peux supporter le rythme ! » répondis-je.

J’avais appris à mentir de mieux en mieux depuis une semaine. Dire que j’allais bien, rassurer mes proches…Je ne supportais pas le fait de me montrer vulnérable. Et en ces eaux troubles, je devais redoubler de prudence et d’efforts. Me montrer forte, pour moi et Jongin.

« Si tu le dis. N’en fais pas trop » ajouta-t-il avec insistance.

Son regard trahissait de l’inquiétude. Je réalisai que cela devait être dur pour lui également. J’hochai la tête et fermai la portière pour ensuite pénétrer dans le hall d’hôpital. Les fans campaient ici aussi. Ça avait le don de m’agacer. Mon antipathie pour elles grandissaient de jour en jour en constatant à quel point certaines pouvaient manquer de tact.

Quand j’ouvris la porte de la chambre de mon petit-ami, il était redressé dans son lit, le regard rivé sur la télé qui passait les informations en boucle. Je doutais que c’était la chose la plus passionnante du monde. Enfin quand il remarqua ma présence, il eut le réflexe d’éteindre la télé alors que je me rapprochais de lui pour planter un baiser sur sa tempe.

« C’est manager-hyung qui t’a amenée ? » me demanda-t-il
« Oui, et ça m’a un peu surprise. Je pensais qu’il voulait te voir, mais il m’a dit qu’il venait de parler avec le médecin. Tu ne l’a pas vu ? »
« Si, vite fait… »

Je devinai que Si Yoon -le manager- ne lui avait pas parlé de son entrevue. Posant ma veste sur la chaise à côté du lit, je décidai de lui dire :

« Le médecin a dit que tu devrais encore rester un moment »
« Le contraire m’aurait étonné » grommela-t-il en prenant le verre d’eau que je lui tendais.
« Mais ton état général s’est amélioré » ajoutai-je avec douceur.

La peur de le vexer au moindre mot me stressait. Alors je faisais extrêmement attention aux mots que j’employais dans l’optique de ne pas dire quelque chose qui le blesserait ou le mettrait en colère. Depuis qu’il avait accès à son téléphone, Jong In était constamment de mauvaise humeur. Les commentaires à son sujet étaient mauvais en général. Moi-même j’avais pu voir quelques exemples comme : « Bien fait pour lui » ou encore « Il aurait du mourir pendant qu’il y était ». Ce genre de remarques me laissaient pantoise. Comment pouvait-on détester une personne à ce point sans vraiment le connaître ? J’avais pour seule consolation les rares commentaires positifs et encourageant de réels fans. Mais visiblement, ceux-là passaient à la trape avec Jongin.

« J’ai encore parcouru les sites, je suis foutu » conclua-t-il.
« Arrête de te rendre malade comme ça »
« Mais Hana, ça ne peut pas être plus pire que ça » répliqua-t-il sèchement.

Je venais de dire une bêtise et automatiquement, je me tendis, chose qu’il remarqua. Je lâchai un soupire, ne sachant plus comment rattraper ma boulette. Depuis son réveil, nous n’avions eu aucun moment de tendresse, et même si ça pouvait paraître mal placé, je n’arrivais pas à le réconforter. N’ayant aucune réponse à mes gestes affectifs, j’avais abandonné -encore-.
Un lourd silence s’imposa entre lui et moi. C’était comme si un mur nous séparait lui et moi et ça me peinait, car malgré tous nos efforts, Jongin s’obstinait à se couper du monde. Kyungsoo entra dans la chambre, surpris de me voir.

« Tu es encore là ? » demanda-t-il
« Oui je… »
« Rentre chez toi, je prends le relai » décréta-t-il avec fermeté.
« Mais… »
« Pas de mais, je pense que tu as besoin de repos. »

Je me mordis la lèvre. Il est vrai que je n’avais pas une minute de répit, et je ne me souvenais même plus exactement à quand remontais le moment où j’avais pu me relaxer ne serait-ce que dix minutes. Je finis par me résigner et laisser mon petit-ami entre les mains de Kyungsoo. Je serrai la main de Jongin en guise d’au revoir, toujours sans réponse.
La porte fermée, j’entendis la voix de D.O réprimander Jongin, et c’était sûrement la première fois que je l’entendais parler avec autant de reproche.

« Tu ne pourrais pas te montrer plus sympathique envers Hanna ? Je sais que tu es mal dans ta peau en ce moment, mais tu te rends compte à quel point elle est inquiète pour toi ? Elle va à la fac, ne prend même pas le temps de manger correctement et vient te voir tous les jours sans exception. Et toi ? Tu ne fais rien »
Je me figeai en attendant la réponse de Jongin, mais rien ne vint.
« Tu penses sincèrement qu’en agissant ainsi elle va rester ? Je sais qu’elle serait prête à le faire par amour pour toi, mais si tu continues à t’obstiner dans ce sens là, alors un autre prendra ta place et tu ne pourras t’en prendre qu’à toi même. »

Les mots de D.O étaient sûrement crus et déplacés, mais c’était pour lui donner un coup de fouet qu’il disait tout cela, et pour mon bien être. Kyungsoo était le membre qui se souciait le plus de moi. Sa maturité et son sérieux me donnaient réellement l’impression d’avoir un grand-frère, celui que je n’avais jamais eu. Je n’entendis plus rien, pas de réponse de la part de mon petit-ami. Quelque part, je fus déçue, car je m’attendais à ce qu’il réagisse au moins. Décidant de rentrer, j’essayai de ne pas me faire de films. J’étais ce genre de fille, à imaginer le pire ou le meilleur pour rien. La tête embrumée, je me rendis compte une fois allongée que j’étais horriblement fatiguée. Dormir était la meilleure solution.

Le lendemain, je reçus un message de Jong In, me demandant si je voulais bien lui ramener des affaires propres et quelque chose pour l’occuper, ce qui n’était pas évident puisque les bouquins et lui, ce n’était pas réellement le grand amour. Je pris la peine de passer chez lui, saluant au passage ses parents, prenant des affaires propres et quelques effets personnels à lui.

Quand j’arrivai dans la chambre, Jong In était redressé et regardai par la fenêtre. Je m’annonçais en toquant à la porte, lui souriant doucement alors qu’il tourna son regard sur moi avant de me sourire légèrement en retour. C’était la première fois que je le voyais sourire depuis son hospitalisation.

« Comment vas-tu aujourd’hui ? » me risquai-je
« Mieux » répondit-il

Ce seul mot, mieux, me soulagea. J’avais peur qu’il broie du noir tout seul, mais visiblement ce n’était pas vraiment le cas. Les mots de Soo avaient-ils changés quelque chose ?

« Je t’ai pris des vêtements propres, ta mère a dit qu’elle viendrait aujourd’hui »
« Merci c’est gentil »
« Je t’en prie »

Je m’assis à côté de lui, posant le sac de vêtements aux pieds du lit. Quand je me redressai, je sentis sa main sur ma joue, caressant celle-ci de son pouce.

« Tu es jolie aujourd’hui »

J’étais surprise par sa remarque. J’avais l’impression que quelque chose avait changé. Etait-ce la conversation qu’il avait eu avec Kyungsoo la veille ? J’étais troublée. Je me sentais toujours aussi timide que la première fois où il m’avait pris la main, où il m’avait dit que j’étais jolie et qu’il m’aimait.

« Qu’est-ce qui t’arrives aujourd’hui ? » dis-je avec un petit rire nerveux en posant ma main contre la sienne.

Il ne me répondit pas, en revanche, je le vis se pencher vers moi et je fermai les yeux, sentant ses lèvres effleurer les miennes, comme pour demander la permission de m’embrasser. J’appuie mes lèvres contre les siennes avec douceur, profitant de cet instant d’intimité que nous n’avions pas eu depuis un moment. Il décolla nos lèvres et posa son front contre le mien.

« Merci »
« Pourquoi tu me remercies…? »
« Parce que tu es là »

Je me contentai de me rapprocher de lui afin de l’enlacer et d’enfouir mon visage contre son cou. Jong In me manquait, il m’avait manqué pendant tout ce temps, et le fait de le prendre dans mes bras, de sentir son odeur que j’aimais particulièrement m’apaisa.

« Tu t’es beaucoup inquiétée hein…? »
« C’est normal non…Après tout, tu es mon petit-ami »
« C’est vrai…Mais tu ne t’es jamais plains, tu as toujours accepté mes choix et tu es à mes côtés, même dans les moments difficiles. »
« C’est parce que je t’aime »
« Moi aussi je t’aime »

Il caressa mes cheveux et je compris le message subliminal. Que je ne devais pas trop m’inquiéter et que maintenant ça irait.

« Quand je sortirai de là, on ira manger dehors ? Tu peux pas savoir à quel point ça me manque »
« Bien sûr »

C’était déjà un bon début de projet selon moi. J’étais plus rassurée, et Jong In semblait déterminé à ne pas se laisser aller. Je restai avec lui jusque quatorze heure, et pour lui dire au revoir, il avait tiré mon poignet pour m’embrasser avec un peu plus de fougue que la veille. Baiser interrompu par Xiumin & Sehun qui se raclèrent la gorge à l’entrée de la chambre. Nous rîmes tous les deux et je me séparais de lui à contre-coeur, confiant le reste aux deux autres qui ne tardèrent pas à le charrier en disant « Ah c’est sale de vouloir faire ça à l’hôpital Jong ! » « Vous n’avez donc aucune pudeur ? ». Je ris intérieurement et me dirigeai vers le hall quand je vis une foule, non que dis-je, une marrée de fans qui campaient ici. J’avais de la chance de ne pas être connue, sinon je ne pourrai pas faire des allées et venues librement. Néanmoins, j’étais toujours autant en colère et d’ailleurs, je devais passer au commissariat pour aller retirer le dossier de plainte à remplir par la famille et le concerné. La bataille allait être longue, mais j’allais le supporter jusqu’au bout, je lui avais juré.



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Broken    


Revenir en haut Aller en bas
 
Broken
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Earthquake Relief Where Haiti Wasn’t Broken
» I WALK THIS EMPTY STREET ON THE BOULEVARD OF BROKEN DREAMS - 20 JUILLET, 18H34
» « Boulevard of Broken Dreams »
» #Andrew - I'm broken heart and i can't let you know, and i won't let it show...
» Broken Wolves PV Tybalt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TMYS : Tell Me Your Story ::  :: fanfictions-
Sauter vers: