W3.CSS

click & read

Nos meilleures histoires

Histoires



Partagez | 
 

 
BORDERLINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Noona
avatar
-alice-
in wonderland
Messages : 37
points : 65
Date d'inscription : 03/03/2017
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: BORDERLINE   Ven 10 Mar - 19:11


BORDERLINE
[url=http]COMMENTAIRES[/url]


“Ce qu’on fait par amour s’accomplit toujours par-delà le bien et le mal” – Nietzsche


Ki Bum est amoureux, mais pas de n'importe qui. La personne qu'il aime est une idole, Seungwoo, que Kibum pense être quelqu'un de bien. Trop timide, ayant de grave soucis d'adaptation et d'intégration dans la société, Kibum se contente donc de l'observer de loin, de l'aimer à distance. Mais un jour, il finit par entrer dans la vie de Seung Woo...


+ genre & sous-genre : Thriller + Boys Love - Inspirée de Killing Stalking
+ public : -18
+ avertissements : scènes de violence & sexuelles
+ autres précisions : c'est la première fois que je partage un écrit et ça fait perpète que je n'ai pas écrit de fanfic'. Celle là m'est venue récemment. J'ai pas pu m'empêcher de vouloir la mettre à l'écrit et de vouloir la partager avec vous. Aussi vos commentaires me seront trèèès important pour pouvoir avancer. J'espère donc que ça vous plaira, malgré peut-être de possibles petites erreurs de cohérences temporelles -ça m'arrive souvent malheureusement iwi- Pour finir sachez que j'ai pour habitude d'écrire avec une ambiance musicale, d'où la présence du musical theme à chaque chapitre. Ceci dit rien ne vous interdit de lire sans le thème :3 !
Revenir en haut Aller en bas
Noona
avatar
-alice-
in wonderland
Messages : 37
points : 65
Date d'inscription : 03/03/2017
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: BORDERLINE   Ven 10 Mar - 19:13


CHAPITRE 1 - STALKING
MUSICAL THEME

L’Amour.

Il avait fait beaucoup de choses par amour. Il a subit beaucoup de choses par amour. Il ne compte pas quand il aime. Il est prêt à faire n’importe quoi par amour. Fille. Garçon. Du moment qu’il aime, quelle importance. Blesser quelqu’un ce n’est pas grave, si c’est par amour. Brutaliser quelqu’un ce n’est pas grave si c’est par amour. Et tuer par amour ? Sans doute que c’est possible, mais il n’y a jamais songé. Pas encore. Pourquoi faire ? Il n’a rien à tuer. Est-ce que cela le rend malade ? C’est ce qu’ils ont dit. C’est ce qu’il a toujours entendu. Qu’est-ce qu’il y peut… Il est ainsi. Il n’y a jamais de juste milieu. Ou bien tu l’aimes, ou bien tu le détestes. Ou bien tu le comprends, ou bien tu ne le comprends pas. Car quand il aime, il ne se donne aucune limite, même si c’est dans son coin. Même si c’est à sens unique. Même s’il ne parviendra jamais à le dire en face. Trouillard. Stalker. Lâche. Amoureux. Fou. Parce qu’il n’osera pas. Il n’osera plus.

Pourtant debout dans le métro Kibum ne peut regarder ailleurs que sur cette tête brune face à lui. Il sait déjà tout d’elle. Son âge. 23 ans. Son adresse. Hongdae. Le nom et prénom de sa petite amie. Jang Hana. Son nom et son prénom. Lee SeungWoo. Ce qu’il fait dans la vie. Star ou Idole. Et d’où il vient en étant sur cette ligne, et où il va. C’est ainsi. Depuis trois ans. Kibum sait qu’il ne rentre pas chez lui. Il sait son planning par cœur. Le suit à la lettre. Il n’est donc pas dans le métro par hasard...

Il lui envie son aura. Celle qui attire le monde à ses pieds. Celle qui le rend aimé de tous. Celle qui lui permet d’avoir toutes les personnes qu’il veut. Mais lui, Kibum, il l'aime juste lui. Et il donne tout. Absolument tout. Alors il veut plus. Encore plus. Il le veut lui. Il pourrait supprimer sa petite amie ? Par amour pour lui… Ça lui colle un frisson violent remontant le long de son dos. SeungWoo… Seungwoo ne l’aimerait pas. Il est trop petit, sans muscle, trop plat, sans poitrine, sans formes, trop frêle, trop fragile, trop timide. Trop discret. SeungWoo ne l’aimera pas. Il tue, SeungWoo ne voudra pas de lui. Non. Il faut autre chose. Obtenir autre chose. Ou l’aimer encore et encore sans jamais pouvoir le toucher.

Kibum descend du métro. Il ne va pas chez lui. Il habite où d’ailleurs ? Il a une adresse en tête. SeungWoo n’est pas chez lui. Il n’y sera pas avant longtemps. Il a besoin de lui pourtant. Il le veut. Alors il débarque devant sa porte. Un digicode. Kibum tremble. Il n’a pas le droit. Mais il a envie de franchir le pas. C’est interdit. Mais justement. C’en est excitant. Alors après avoir jeté de la poudre sur les touches du clavier, il tente toutes les combinaisons une par une avec les 4 chiffres toujours utilisés par le propriétaire des lieux.

Il sent la sueur sur son front. Son corps se tendre. Ses doigts trembler sous la pression. Et s’il arrive alors qu’il n’a pas fini ? Et s’il se fait prendre ? Il entend son cœur battre dans sa poitrine. Il le sent. L’adrénaline est élevée. Son souffle est saccadé. La dernière combinaison. Le son de la victoire qui se fait entendre. La porte qui s’ouvre. Il a réussi. Il passe le palier, ferme la porte derrière lui. Il est chez SeungWoo. Il rêve. Il inspire. Le parfum enivrant envahi ses narines. Il retire ses chaussures et d’un pas timide et peu assuré il s’avance dans les lieux. S’y perd. Fouille. Ouvre les placards, les armoires. Vadrouille dans la cuisine et la salle de bain. Débarque dans la chambre.

Son regard se fixe sur le lit. Le parfum est plus intense ici qu’ailleurs. Il est partout dans la pièce. Son cœur s’agite. Il en rougit. Timidement, il s’avance vers le lit. Il s’y assoit. Sa main caresse doucement la couette, y perd ses doigts avant qu’il ne s’y allonge et ne se traîne jusque l’oreiller. Il ne se contrôle pas et y enfouit son nez, soupirant d’un plaisir étrange. Le sang lui monte aux joues. Il a chaud. Ah, le parfum de Kibum lui fait perdre le sens du temps et de l’espace. Il devrait partir. Ne pas rester là. Ne pas s’y attarder. Mais c’est si addictif. Si agréable. Ça l’excite…

Du bruit se fait entendre. Kibum se fige. Ses doigts se crispe sur l’oreiller. Il n’ose plus bouger. Quelqu’un est là…
Revenir en haut Aller en bas
Noona
avatar
-alice-
in wonderland
Messages : 37
points : 65
Date d'inscription : 03/03/2017
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: BORDERLINE   Ven 10 Mar - 20:51


CHAPITRE 2 - HIDING
MUSICAL THEME

Kibum est immobile sur le lit. Il tend l’oreille. Son cœur bat la chamade. Il tremble. Il ne tremble plus sous l’excitation mais sous cette sensation qui lui tord les trippes. Quelqu’un est là. Il n’a pas entendu la porte d’entrée s’ouvrir pourtant. Aurait-il rêvé ? Il entend les pas dans les escaliers. Il tourne légèrement la tête. Il devrait bouger. Il n’y arrive pas. Son corps n’ose pas bouger. Les chaussures en bas. Seung Woo a forcément dû les voir… Kibum retient son souffle. Il finit par descendre du lit à quatre pattes et à se faufiler dans le placard juste à côté. Il s’y enfonce tout entier. Il plaque ses mains sur sa bouche, s’interdit de respirer. Il tremble dans le noir.

Les pas passent dans le couloir. Kibum entend son cœur cogner contre sa poitrine. Il essaie de ne pas bouger. Il ne doit pas bouger. Il entend les pas dans la chambre. Va-t-il le trouver ? Il priait que non. Il serre ses mains sur sa bouche, s’interdisant absolument de respirer, d’émettre le moindre son. Son corps était tendu. Crispé. Il prie encore que jamais Seung Woo ne le trouve. Les pas font demi-tour et vont dans une autre pièce. Kibum attend. Il tend l’oreille. Pas un son. Plus rien. Lentement, il ouvre le placard. Légèrement. Il jette un œil. Il ne voit personne. A quatre pattes, il sort. Sans bruit, il se traîne jusqu’à la porte de la chambre. Il doit sortir. Il doit réussir à sortir… Il doit pouvoir descendre et sortir de la maison. Il ne doit pas rester. Il rampe alors jusqu’à l’escalier.

Un choc le saisit soudainement à la tête. Et c’est le noir total.

Quand il se réveille, il est au rez-de-chaussée. Il a mal à la tête. Il sent le sang le long de sa tempe. Il sent ses mains attachées dans le dos. Il ne comprend pas ce qu’il s’est passé. Il ne sait même pas dans quelle pièce il se trouve. Il devine qu’il est au rez-de-chaussée. Il sent l’odeur de la cuisine. Il panique, se lève mais ne va pas plus loin. Il recule même jusqu’au mur. Son dos glisse tout le long et il se retrouve sur le sol.

« La souris s’est réveillée ? » Un frisson le saisit. Seungwoo. La star s’agenouille devant lui. Un sourire étrange est là sur ses lèvres. Son regard est doux mais il donne froid dans le dos. Et sa voix douce et mielleuse cache bien trop de choses pour qu’elle rassure. Seungwoo essuie un couteau. Kibum a le cœur qui bat à cent à l’heure. Il ne comprend pas. Seungwoo ne le tuera pas n’est-ce pas ? Il ne fera jamais une chose pareille ? Kibum l’idéalise. Non. Il le connaît. Il le suit partout. Seung Woo a une copine qu’il traite tel un gentleman. Seung Woo est une idole qui fait bien son travail. Il est poli. Agréable avec tout le monde. Il est adorable avec ses fans… Il ne le tuera pas n’est-ce pas ?

Kibum ne veut pas mourir. Il est trop jeune pour ça. Il n’a jamais rien voulu de tout ça. Il a commis une erreur. Il le regrette. Il voulait juste. Lui. Il voulait juste connaître son environnement. Il veut juste l’aimer.  Il tremble. Ses pupilles ne lâchent pas le couteau. Il respire mal. Il tente de libérer ses poignets, mais se brûle seulement la peau. Il veut survivre. Il se colle au mur. Partir. Il faut qu’il parte. Il ne peut pas rester là. Il se lève d’un bond, bouscule son vis à vis, et se précipite vers l’entrée. Mais Seungwoo lui frappe la jambe à l’aide d’une barre de métal lui arrachant un hurlement de douleur, et le fait chuter sur le sol violemment.

« Qui t’as dit que tu pouvais sortir ? »  Kibum retient un gémissement de douleur. Sa jambe le lance. Il en a des larmes aux yeux. Trop de souvenirs le bouleversent. La violence réveille ce qu’il avait gardé enfoui. Il tremble. La douleur dans la jambe faire ressurgir des épisodes de son enfance qu’il n’a jamais réussi à effacer.

« Je me demande ce qui t’as poussé à fouiner… Qu’une souris finisse ici… Il fallait sans doute une bonne raison… » Il n’a pas envie que Seungwoo le tue. Il ne comprend pas non plus pourquoi Seungwoo agit de la sorte. Il a juste peur. Le seul moyen. Son amour pour lui. C’était sa seule porte de sortie. C’était lui qui l’avait poussé à entrer chez lui.

« Tu ne le sais pas ? On ne te l’a pas appris peut-être… La curiosité est un vilain défaut… » Il le sait. Et s‘il n’avait pas cédé à l’envie d’aller chez lui, il n’aurait jamais mis les pieds dans sa chambre. Il serait parti avant l’arrivée de Seung Woo. Et rien de tout ça ne serait arrivé. Il avait tellement peur. Seung Woo était absolument terrifiant. La lame froide du couteau effleurait sa joue. Kibum avait du mal à respirer. Il parvint à articuler.

«Je t’aime… »
Revenir en haut Aller en bas
Noona
avatar
-alice-
in wonderland
Messages : 37
points : 65
Date d'inscription : 03/03/2017
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: BORDERLINE   Sam 18 Mar - 23:38


CHAPITRE 3 - LOVING
MUSICAL THEME

De l’amour.

Il en reçoit énormément. Ça le fait sourire. Les filles perdent un peu trop leur raison en le voyant. Il est beau. Il chante tellement bien, sa voix est vraiment si belle. Il est bourré de talents. Il n’y a pas plus adorable, bien élevé, poli, soigné que lui. Il a entendu ça des tas et des tas de fois. Il en rit parfois. Qu’est-ce qu’elles connaissent de lui ? Rien que son image et ce qu’il est en tant qu’idole. Elles ne savent rien de ce qu’il est vraiment. Mais elles l’aiment. Toutes. Elles le lui hurlent à chaque concert. Elles le lui murmurent à chaque fan meeting. Elles lui adressent des sourires lourds de sous-entendus. Elles veulent toutes l’épouser, l’avoir dans leur lit, l’avoir en petit-ami. Elles jalousent toutes d’ailleurs sa petite-amie. Elle est trop belle, trop sexy, trop superficielle. Elle n’est pas son style. Elle ne le mérite pas. Toutes que des jalouses. Mais il s’en amuse. Il en sourit. Parce que finalement, il n’y a qu’hypocrisie selon lui.

Seung Woo ne croit pas à toutes ces déclarations d’amour. Il ne croit pas simplement en l’amour, cette histoire de sentiments et autres. Sa petite-amie par exemple. Qu’est-ce qui lui dit qu’elle ne l’aime pas que pour son fric ? Il est comme ça. Méfiant de tout. Il ne croit en personne. Juste lui-même. Et ce qu’il aime c’est rendre ses fans, complètement folles. Rendre sa petite-amie jalouse parce qu’il aura passé plus de temps avec des fans, qu’avec elle. A écrire de la musique plutôt qu’être avec elle. Il aime la voir se mettre en colère pour ce genre de chose. Il le devine, et s’en amuse : elle se dit amoureuse pour profiter de sa célébrité. Mais il préfère jouer avec ses sentiments, piétiner son petit cœur petit à petit, tout doucement, en prenant son temps. Parce qu’il est comme ça.

Il a entendu des Je t’aime des tas de fois. Trois mots sonnant beaucoup trop creux, beaucoup trop vides à son goût. Il n’est pas dupe. Il n’est pas du genre naïf. Il ne se fera pas avoir. Il voit clair dans le jeu de cette fille qui lui tient le bras, qui l’embrasse et qu’il abandonne là, à l’entrée du métro. Il fait les petits-amis parfaits, juste parce qu’il sait qu’elle aime les mecs attentionnés, les gars bien élevés qui ne sont pas machos. Il attend juste le bon moment pour lui montrer qui il est vraiment, voir si elle l’aime encore. Voir si elle est vraiment si sincère que ça.

Il l’a bien déjà fait. Avec son père violent et alcoolique. Il l’a testé. Il l’a mis à l’épreuve. Il sait comment ça s’est fini. Il n’était qu’un sale menteur. Et ça, Seung Woo ne pouvait pas le pardonner. Il déteste les menteurs et les hypocrites, les faux sourires… Les faux culs tout simplement. Assis dans le métro, il s’accorde une pause pour récupérer un peu. Il ne calcule pas le mec debout devant lui. Tous insignifiants. Tous sans intérêt. Il n’aime pas grand chose hormis lui-même peut-être. C’est donc normal alors qu’on l’aime autant.

Il ne rentra pas tout de suite. Il allait d’abord se rendre à son agence. Être idole lui va bien. Il peut être le centre de l’attention et se foutre un peu de tous ces gens qui l’adule. L’agence en elle-même n’est qu’une pure hypocrisie. Une pure industrie de l’image. Elle définit le beau, le bon, le mauvais… Elle pose des codes de style. Elle est le précurseur de ce qui peut devenir une mode. Etre mince. Etre grand. Ressembler à tel ou tel ancien… Ce n’est que du théâtre. Du pur cinéma. Il en rit. Il est rentré dans le moule sans rien faire. Il n’a jamais eu à faire grand chose pour être adulé.

Une fois le planning du lendemain revu avec son manager, Seung Woo quitte l’agence. Il rentre chez lui, à Hongdae. Dans un coin paumé. Peu fréquenté. Largement fuit par une partie des résidents. Ca avait au moins l’avantage d’être avec des loyers peu chers. Il passe le portail. Il ne se souvenait pas de ne pas l’avoir déverrouillé. Il monte les trois marches avant d’atteindre la porte d’entrée. Il compose rapidement le code, déverrouille la porte et entre, la porte claquant derrière lui.


Des chaussures. Fatiguées. Usées. Presque trouées. Ses yeux ne les lâchaient pas. Elles n’étaient pas à lui. Ni à elle. Une ombre passa sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Noona
avatar
-alice-
in wonderland
Messages : 37
points : 65
Date d'inscription : 03/03/2017
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: BORDERLINE   Dim 19 Mar - 0:35


CHAPITRE 4 - PLAYING
MUSICAL THEME

Il avait fait le tour de la maison. Il trouverait l’intrus. Celui ou celle qui avait osé franchir les limites de son espace privé. Celui qui avait osé s’aventurer sur son territoire bien gardé. Même elle, n’était jamais entrée chez lui. Parce qu’il était trop tôt. Parce qu’il se dévoilerait trop vite. Il voulait jouer encore avec elle. Mais la souris présente chez lui actuellement était en train de faire tout capoter… Il monte à l’étage. Il n’y a pas un bruit, mais il le sait. Il le sent. Elle est cachée quelque part. Elle se fait toute petite. Mais Seung Woo sait qu’il arrivera à l’attraper. Restait à savoir… L’écraserait-il ou pas ? Il pourrait bien… Mais il pourrait jouer aussi avec elle non ? Après tout… Cette souris était devenue sa proie et avait commencée toute seule cette partie de cache cache. Alors il se faufila dans une pièce et ne fit plus un bruit.

Un sourire malsain s’était dessiné sur ses lèvres. Il voit l’intrus sortir de sa cachette. A quatre pattes. Rampant vers les escaliers. Il y avait quelque chose chez cet être là qui exacerba cette envie de jouer avec lui. Il est chétif. Il est vulnérable. Il est craintif. Frêle, maigre, et trouillard. Une proie si facile. Seung Woo avançait sans bruit derrière. Il serrait son poing sur sa barre de fer. Et dès les deux premières marches franchies, il frappa d’un coup sec. K.O. C’était trop facile. L’écraser là maintenant n’aurait aucun sens. Ça ne lui donnerait aucun plaisir.

Il le porte en bas, dans la réserve avoisinant la cuisine, et lui attache les mains dans le dos durant son sommeil. Il prend même le temps de l’observer. Qu’est-ce qu’un mec comme lui recherche ? Qu’est-ce qu’il fout là ? Trop de questions. Il y a forcément une raison. Une très bonne raison. Il lui faut les explications. Il attend que le garçon se réveille. Il s’était mis à astiquer un couteau, en attendant, cherchant un peu comment il pourrait s’amuser… Le laisser partir ? Non. Ca serait beaucoup trop beau. Et pas après l’avoir fait peur. Il risquait de parler. La souris craintive sera beaucoup trop bavarde.

Le garçon se réveille. Seung Woo est là agenouillé devant lui. Il lui adresse un sourire à demi sympathique. Le gosse tremble. Seung Woo le voit. Il lui fait peur avec son couteau. Ca le rend fébrile. Pour Seung Woo, c'est juste grisant. Mais le gosse est entreprenant. La souris tente de fuir, d'échapper aux griffes du chat. Seung Woo reprend sa barre de fer et lui coupe l'envie d'aller plus loin d'un coup. Le gosse finit de nouveau à terre, dans le vestibule de l'entrée. Il est terrifié. Seung Woo s’amuse à le voir si craintif. Il le lit dans ses yeux. Le gamin pense qu’il veut sa mort. Oh non. Pas tout de suite. Ca ne serait en rien jouissif. Ca serait trop prématuré. Non par contre, Seung Woo aura sa réponse, le pourquoi ce gosse est là... Il est de nouveau devant lui, caressant cette joue tendre de la lame de son couteau. Un faux mouvement et c'était la coupure assurée.


Je t’aime.
Le temps s'est arrêté d'un coup. Ces mots sont soudains. Brusques. Inattendus. Seung Woo reste de marbre. Il fixe le gamin. Il ne dit rien. Il se tenait si près du gosse, jouant avec la lame du couteau. Il avait les pupilles rivés sur les siennes. Il l’aime. Encore un. Seung Woo ne le lâche pas des yeux. Ça sonne faux à ses oreilles. La voix tremblante du gosse le lui fait sentir. Il ne se trompe pas. Le gosse cherche une voie de sortie. Seung Woo ne le croit pas. Il ne l’entend pas. Ou plutôt, il prend ça comme un bon moyen pour démarrer le game. Un petit sourire en coin, suivit d’un léger rire. Il fait relever le menton au gosse avec la pointe de son couteau.

« Ca ne répond pas à la question ça... » Il garde un ton calme, détendu. Parce que ça ne faisait qu'accroître l'incertitude de la finalité de tout ceci. Son visage reste presque inexpressif. Il ne fait que suivre des yeux la course de son couteau sur le cou du garçon devant lui. Il l'aime. Il faudra le prouver. Il ne le croira pas tant que ce ne sera pas prouvé.

« Ton nom ?  » Il veut connaître le petit nom de sa proie. Parce que ça rendra le jeu plus intéressant. Il est curieux. De façon malsaine.

«K-Kibum... » Il avait eu sa réponse. D'une voix tremblante. Presque chouineuse. Seung Woo n'aime pas les chouineurs. Kibum ferait mieux de ne pas faire le chialeur... C'était insupportable. Il lui fera ravaler ses larmes.

« Kibum… Je n’aime pas qu’on se moque de moi tu sais…  » Il n’aimait pas ça du tout. C’était vicéral. Insupportable. Et ça pouvait lui faire passer une ligne que peu de gens serait capable de franchir. «  Je pourrais bien finir par employer des moyens peu sympathiques pour que tu sois honnête…  » La lame du couteau égratigna légèrement la joue pâle de Kibum. Le contraste du rouge sur la pâleur de la chair lui donne un frisson. Le genre de frisson non désagréable. Sa langue passe légèrement sur ses lèvres. Kibum tremble davantage. Seung Woo veut une réponse. Une vraie.

« Sois honnête… ou si c’est vraiment ce que tu dis…  » Il avait approché un peu plus le visage de Kibum. Ses yeux brillant étrangement, le sourire fin plein de malice sur les lèvres. « Prouve le. »
Revenir en haut Aller en bas
Noona
avatar
-alice-
in wonderland
Messages : 37
points : 65
Date d'inscription : 03/03/2017
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: BORDERLINE   Dim 19 Mar - 17:07


CHAPITRE 5 - FEARING
MUSICAL THEME

C’était sorti tout seul. Si vite. De manière si incontrôlée. Kibum tremblait devant Seung Woo. Il respirait difficilement. Haletant, tant il avait peur. Je t’aime. Quelle idée saugrenue. Il pensait sérieusement que ça répondrait à la question. Que ça le sauverait. Il le lit pourtant dans le regard de Seung Woo. La star ne le croyait pas. Pourtant c’était le cas. Il l’aimait. Il l’avait toujours fait. Il tremblait encore plus en voyant Seung Woo jouer encore avec son couteau sur son visage. Un peu plus et il pourrait bien le couper… De la sueur coula le long de sa tempe. Il ne parvenait pas à regarder ailleurs. Seung Woo l’en empêchait. Il le fixait toujours, s’arrangeant pour que leurs yeux se rencontrent à chaque fois. Il avait un timbre de voix qui donnait de nouveaux frissons. Kibum sentait ses poignets en feu tant il tentait de les libérer. Le cordage devait grignotter un peu plus sa peau à chaque mouvement. Sa jambe… Il avait l’impression de ne plus pouvoir la sentir, tant elle lui faisait mal.

Ca ne répondait pas à la question… En partie pourtant, c’était le cas. C’était la panique. Kibum ne parvenait pas à réfléchir correctement. Que répondre si ce n’était pas ça ? Pourtant c’était bien par amour qu’il était là… Il se sentait perdu. Pouvait-il seulement tout révéler là ? Pouvait-il vraiment dire ce qu’il faisait depuis tant de temps maintenant ? Seung Woo le prendrait pour un fou. Un malade mental. Un fan qui n’a pas toute sa tête. Les mots restaient coincés dans sa gorge. Seuls de légers gémissements se faisaient entendre. Et il ne fut capable de dire uniquement son prénom. Il ne le tuera pas n’est-ce pas ? il avait comme un doute. Seung Woo avait l’air de s’amuser avec son couteau. Kibum en avait des sueurs froides.

Se moquer de lui… Seung Woo ne le croyait pas. Pourtant il était sincère. Il ne mentait jamais. Il n’a jamais aimé le mensonge. Mais ne devrait-il pas le faire pour sa survie ? Non. Il n’avait pas d’autre option. Seung Woo ne lui laissait pas le choix. Il devait prouver qu’il ne mentait pas. Il devra prouver qu’il est sincère. Être honnête. Il ne l’était pas. Il tentait de réfléchir. Seung Woo le perturbait. Qu’est-ce qui pouvait bien sonner faux ? Il sentit la goutte de sang rouler sur sa joue. L’égratignure lui brûlait la peau. Il pourra le tuer s’il le voulait. Kibum le sentait maintenant. Il s’était totalement trompé.

Il pourrait bien mourir là, si Seung Woo le décidait. L’ultimatum tomba. S’il ne disait pas ce que Seung Woo voulait entendre, il mourrait. Il le tuerait. Prouver qu’il l’aime… Il pourrait bien le faire. Il ne suffira de pas grand chose n’est-ce pas ? Il avait déjà du le faire.

«Ne.. Ne me tue pas… Je ne te mens pas… Je pourrais faire n’importe quoi pour toi… S’il te plaît… Crois-moi… Je pourrais faire tout ce que tu veux… Non, c’est sûr je le ferai… Je t’aime à ce point là, Seung Woo. » Il avait parlé si vite. D’une voix tremblante. Le sourire de son vis-à-vis ne le rassurait pas. Le couteau effleurait toujours son cou. Et les yeux noirs de Seung Woo étaient toujours rivés sur lui.

« Vraiment ?  » Kibum retenait son souffle une nouvelle fois. Seung Woo avait posé cette question avant de la laisser en suspens, comme s’il trouvait dans cette réponse quelque chose qui lui plaisait. « Tu ferais vraiment tout ce que je veux ?    » Kibum avait secoué vivement la tête, sans réfléchir plus avant. Il confirmait. Il était vraiment capable de faire tout ce qu’on lui demandait. De supporter tout ce qu’on lui faisait. Il pouvait faire ce qu’il veut de lui. Parce que ce ne sera que par amour. Comme toujours.

« Yaaaah…. Ne t’inquiète pas non plus…. Pourquoi penses-tu que je vais te tuer…   » Devait-il répondre… Devait-il dire le fond de sa pensée… Ses yeux se baissèrent sur la lame luisante sous la lumière du néon éclairant le vestibule. Une caresse sur sa joue le fit légèrement sursauter. Le contraste était trop fort… « Je ne le ferai pas…. Peut-être…Ca ne dépendra que de toi...  »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: BORDERLINE   


Revenir en haut Aller en bas
 
BORDERLINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» " la moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître" - Lien d'Alaina of Cork alias Aline d'Argouges
» Écriture borderline illisible?
» [Homestuck Fanfic] Borderline
» (M) Charlie Hunnam (avatar très négociable) - Borderline? so... you mean you're crazy?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TMYS : Tell Me Your Story ::  :: fanfictions-
Sauter vers: