W3.CSS

click & read

Nos meilleures histoires

Histoires



Partagez | 
 

 
SMILE SUNSHINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
DOUSHKA
avatar
-QUEEN OF HEARTS-
fondatrice
Messages : 86
points : 123
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: SMILE SUNSHINE   Mer 1 Mar - 21:51


SMILE SUNSHINE
COMMENTAIRES

Im Jae Han est le PDG de SC One, une chaîne de télévision à succès en Corée du Sud. Il va faire la rencontre de Yi Se Ra, quand celle-ci voit sa vie bouleversée par un accident de voiture causé par le fils d'un procureur très connu. Elle perd ses parents et sa petite soeur mais comme si le sort s'acharnait sur elle, elle perd aussi la faculté de parler.

+ genres :romance, tragédie, triangle amoureux
+ public : tout public
+ avertissements : nope
+ autres précisions : J'espere que vous allez amer!
Revenir en haut Aller en bas
DOUSHKA
avatar
-QUEEN OF HEARTS-
fondatrice
Messages : 86
points : 123
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SMILE SUNSHINE   Mer 1 Mar - 22:02





   


Smile sunshine
CHAPITRE I
Seoul, 2017
Dans la ville de Séoul, le 2 janvier 2017, toutes les chaînes diffusent un même reportage. La chaîne SC One qui est celle qui enregistre le plus d’audiences depuis ces dernières années ne fait pas exception. Dans chaque maison de Séoul et plus particulièrement de Gangnam, on entend un seul et même discours « .. accident de route à Gangnam. Le responsable s’est avéré être le fils cadet du procureur Jung Tae Sik mais il s’en est tiré avec une simple amende. L’accident a fait trois morts et un blessé. Il s’agissait d’une famille dont seule la fille aînée semble avoir survécu à l’accident. Les parents ainsi que leur plus jeune fille sont tous les trois décédés suite à l’accident... ». Discours répété en d’autres morts par d’autres voix, d’autres journalistes sur d’autres chaînes « Le fils cadet du procureur Jung.. », « Plus tôt cette après midi, dans le quartier
de Gangnam.. ».
— Nous avons été les premiers à le diffuser ?
— Oui président.
— Parfait.
Dans les bureaux de SC One, les employés se se félicitent entre eux, pour avoir été les premiers à diffuser cette nouvelle sur leur chaîne. Et quelques secondes après leurs bureaux sont bombardés d’appels.
— Monsieur le Président, vous avez un appel du procureur Jung Tae Sik.
— Je suis occupé.
— Mais..
L’employé Shim Dae Hyuk se tait, sous el regard menaçant de son supérieur. Il incline légèrement la tête puis referme la porte du bureau et retourne à son travail après avoir informé le procureur qu’il doit rappeler une autre fois, que son supérieur ne peut recevoir l’appel. À l’autre bout du fil, le procureur ne prend pas la peine d’écouter un mot de plus car il est un homme bien trop fier et il ne compte pas se faire humilier de la sorte, il raccroche au nez à Shim Dae Hyuk. Ce dernier soupire en entendant le bip qui signale la fin de l’appel. Il marmonne quelque chose d’inintelligible entre ses dents.
— Qu’est-ce que tu dis? lui demande une de ses collèges, Oh Mi Ran, une jeune femme de vingt- trois ans, journaliste de SC One.
— Rien ! grogne Shim Dae Hyuk, qui est toujours intérieurement révolté contre son supérieur qui lui fait subir un traitement trop injuste à son goût.
Lui qui est âgé de trente-deux ans, il doit s’incliner devant son président beaucoup plus jeune que lui, mais en plus obéir à ses ordres et se plier aux moindres de ses désirs. Ça le ronge de l’intérieur, mais il n’en dit jamais rien, du moins pas en face. Tout le monde dans le bureau est au courant de sa rancune envers le président, et tout le monde s’en moque. Personne ne semble prendre son parti, bien que tous sont prêts à avouer que le président a un sacré caractère, et qu’il peut intimider même ses aînés. On le compare souvent à un lionceau roi avant son heure. Im Jae Han a pris la tête de la compagnie à ses vingt-cinq ans, et depuis maintenant déjà trois ans, il a fait des miracles, fait monter les audiences et amélioré la réputation de Seoul Chanel One qui appartenait à son grand-père. Il s’agit d’un homme très intelligent et qui est arrivé avec des stratégies imbattables qui permit à SCO de devenir la chaîne la plus regardée de toute la Corée du Sud. Jeune homme diplômé à l’étranger, il a vécu à Londres et a fréquenté Oxford avant de revenir en Corée pour reprendre les affaires familiales. Bien que ses employés aient été peu convaincus à son arrivée, il a rapidement montré sa forte personnalité et a su les intimider. Il a gagné non seulement le respect de toute sa compagnie mais aussi des actionnaires et de beaucoup de Coréens. On retrouve souvent sa photo à la une des journaux et des magazines que ce soit de mode ou people, on a toujours quelque chose à dire sur lui quelque soit le sujet. Ce qui surprend le plus son entourage c’est qu’il occupe une position aussi importante à un si jeune âge, mais aussi qu’il ait su prouver qu’il le méritait. Son père est décédé lorsqu’il était jeune, d’un arrêt cardiaque, mais Im Jae Han a encore sa mère et son grand-père.


À quelques kilomètres des bureaux de SCO se trouve l’hôpital de Gangnam où se trouvent les victimes de l’accident de voiture survenu plus tôt. Le procureur Jung a veillé à faire taire une grande partie des journaux avec quelques pourboires,et pour se racheter auprès des victimes et éviter que sa réputation n’en souffre trop, il est partit rendre visite à la patiente qu’il a ordonné à placer dans le meilleur hôpital de la capitale. Bien sûr, il ne peut plus nier la culpabilité de son fils qu’il a promis de ne point défendre face à la justice, car il se prétend évidemment très juste et très fidèle à la loi. Il a refusé les interviews, déclarant que l’urgence dans le moment était de s’occuper des victimes. Bien que trois personnes soient mortes, il a engagé les meilleurs médecins et chirurgiens pour s’occuper de la blessée. On a pas su contacter d’autres membres de la famille, il semblerait qu’ils n’aient pas d’autres proches, mais la presse est au courant de l’identité des victimes grâce aux pièces d’identité retrouvées sur eux. Les corps des parents et de la petite soeur ont été placés à la morgue, quand à la fille aînée, elle se trouve aux soins intensifs. Les journalistes assaillent l’hôpital, tous veulent filmer le procureur rendre visite à la patiente, alors qu’elle est enfin emmenée dans une chambre VIP financée par le procureur. Bien que son état se soit stabilisé, elle ne s’est toujours pas réveillée; Le procureur entre dans la chambre et place des fleurs dans un vase près d’elle, avant de lui prendre la main le visage plein d’émotions. Les journalistes se battent sur le seuil de la porte pour pouvoir prendre des clichés et filmer la scène. — Je suis navrée pour ce qui vous est arrivé, tout est de ma faute, je n’ai pas su élever correctement mon fils..
— Monsieur le Président, nous sommes en direct à l’hôpital, informe un employé dans la salle d’enregistrement.
— Bien, mettez moi en communication avec Mademoiselle Hong.
Im Jae Han se penche au dessus du petit micro tout en fixant la journaliste des yeux, à travers la vitre. Mademoiselle Hong croise son regard, prête à recevoir ses ordres.
— Vous savez bien que tout ceci n’est que du spectacle ?
Elle hoche. Elle a parfaitement compris le message. Ce qui distingue SCO des autres chaînes, c’est qu’elle est toujours la première chaîne à diffuser les actualités de Séoul, celles qui impliquent la politique ou l’économie du pays. Mais ce n’est pas l’unique raison. En effet, contrairement aux autres chaînes télévisées, le journal quotidien de SCO ne diffuse que des informations vraies, ou du moins essaie, et cherche toujours à montrer la vérité à ses auditeurs, contrairement aux autres qui diffusent de fausses informations et qui acceptent les pots de vins des politiciens et hommes d’affaires. Mais SCO semble incorruptible depuis l’arrivée du nouveau Président Im Jae Han. Ce qui agace au plus haut point tous ceux dont la chaîne dévoile les vrais visages. C’est donc avec ironie que la journaliste Hong reprend la parole, après avoir regardé le procureur en direct avec les téléspectateurs.

— Bien sûr nous avons envie de croire en la sincérité des paroles du procureur Jung, mais est-ce que ces quelques paroles peuvent rendre à la victime la famille qu’elle vient de perdre? Les trois autres membres de sa famille se trouvent actuellement à la morgue, et les médecins attendent le réveil de la jeune demoiselle. Notre correspondant Baek Ma Jung a interrogé son chirurgien. Bonsoir Baek Ma Jung, pourriez vous nous en dire plus sur l’état actuel de la victime ?
— Bonsoir, ici Baek Ma Jung de SCO, je suis actuellement en la présence du chirurgien Kim qui mené l’opération de la victime. Bonsoir. Que pouvez-vous me dire sur l’état de la patiente?
— Bonsoir. Pour le moment je ne peux pas dire grand chose, mais l’opération s’est déroulé sans problèmes, et son état s’est stabilisé, mais pour l’instant elle reste inconsciente.
— Pouvez-vous nous dire combien de temps cela va prendre avant qu’elle ne se réveille ?
— Je dirais entre quelques heures et quelques jours. En tout cas je l’espère, mais je ne peux l’affirmer avec certitude.
L’écran affiche de nouveau la journaliste Hong, et cette dernière reprend la parole, tandis que le jeune PDG quitte la salle d’enregistrement et retourne à son bureau. Son secrétaire le suit, un air sérieux sur le visage.
— Monsieur, vous savez que cela va nous attirer des problèmes, n’est-ce pas?
— Oui, mais ça ne change pas de d’habitude, pas vrai ? répond lm Jae Han avec un sourire amusé, pas le moins du monde inquiet des conséquences.
Il est toujours comme ça, il aime défier l’autorité. Son but est-il réellement de diffuser la vérité sur les faits d’actualité et détromper les spectateurs, démentir les mensonges des politiques et des hommes d’affaires pour empêcher les Coréens de se faire mener par le bout du nez? Ou bien prend-t-il simplement plaisir à défier l’autorité, à déclarer la guerre à tous ces hommes importants ? Une chose est-sûre, il ne fait pas cela pour les pots de vins et pour leur soutirer de l’argent. Peut-être qu’il a pris goût à jouer au rebelle et se prend-t-il pour une sorte de robin des bois moderne, qui vole la vérité aux riches et la redistribue aux pauvres ou peut-être a-t-il réellement de bonnes intentions, et qu’il défend des valeurs qui sont pour lui primordiales. Qui sait ?



   
(c) DOUSHKA
Revenir en haut Aller en bas
DOUSHKA
avatar
-QUEEN OF HEARTS-
fondatrice
Messages : 86
points : 123
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SMILE SUNSHINE   Ven 3 Mar - 18:00





   


Smile sunshine
CHAPITRE I (suite)
En tout cas, pendant que les bureaux de SCO sont assaillis d’appels, et leur site internet enflammée par les commentaires, les critiques et les encouragements, non loin de là, à quelques minutes en voiture, dans le meilleur hôpital de Séoul, dans l’une des chambres VIP de l’unité de soins continus du douzième étage, la victime de l’accident de voiture qui fait la une des journaux reste plongée dans le coma. Elle ignore que sa vie va changer de tout au tout à son réveil. Ce n’est que deux jours plus tard qu’une infirmière remarque son index plier, et ses paupières s’entrouvrir. L’infirmière court avertir le médecin qui se charge de la patiente et ce dernier s’empresse de venir auprès d’elle, après avoir passé un rapide coup de fil au procureur évidemment, pour avertir ce dernier de la nouvelle.
— Mademoiselle, vous pouvez m’entendre ? demande alors le docteur, en observant sa patiente. Si vous pouvez m’entendre, clignez deux fois des yeux.
Elle s’exécute assez lentement.
— Bien, à présent dites moi, avez-vous mal quelque part? Si oui, clignez deux fois des yeux.
La patiente cligne de nouveau, deux fois. Elle a le corps engourdi, et une douleur à la tête. Le médecin ne semble pas s’en alerter pour autant, et vérifie son pouls, son coeur, et tout le reste avant d’examiner ses yeux, en y envoyant une lumière qui l’aveugle.
— Je pense que tout va bien. Est-ce que vous savez où vous vous trouvez?
Elle hoche la tête Oui elle le sait, elle est à l’hôpital, c’est facile de le deviner. Mais elle ne sait pas pourquoi elle se trouve là.
— Bien, alors pouvez-vous me confirmer votre identité ?
La patiente reste silencieuse.
— Mademoiselle ? Pouvez-vous me confirmer votre identité ?
Le médecin ne reçoit aucune réponse. La jeune femme ne se souvient pas d’où elle vient, ni qui elle est. Elle ne se souvient pas de son identité, de son prénom, son nom. Au fait.. elle ne se souvient de rien. Elle a beau y réfléchir, elle n’arrive pas à s’en rappeler. Qui est-elle? Pourquoi est-elle à l’hôpital ? Est-ce qu’elle aurait fait un accident ?
— Est-ce que vous pouvez me répondre? Vous ne vous souvenez plus de votre identité ?
Elle ouvre la bouche pour répondre mais aucun son ne s’en échappe. Elle réessaie, en vain. Elle n’arrive pas à lui répondre.
— Mademoiselle ? s’inquiète le médecin, ayant bien remarqué qu’elle est incapable de prononcer un mot. Essayez de dire quelque chose.
Il place trois doigts devant ses yeux et lui demande combien elle en voit. Elle a beau faire de son mieux, lorsqu’elle essaie de répondre qu’elle en voit trois, aucun son ne sort de sa bouche. Elle ne peut pas parler. Cette évidence la frappe de plein fouet et les larmes viennent lui brouiller la vue, elle est frustrée, effrayée.. Pourquoi ne peut-elle pas parler? Était-ce toujours ainsi ? Que lui est-il arrivé ? Pourquoi est-elle là ? Que faire ? Les questions l’assaillent, elle se sent terrorisée. Elle se met à suffoquer, et perd connaissance alors que médecin et infirmières s’agitent autour d’elle.


Le lendemain matin, les unes affichent une photo de la patiente ainsi que du procureur et de son fils. Les journaux télévisés parlent encore de cette affaire. SCO ne fait pas exception, si ce n’est que son contenu diffère largement de celui des autres chaînes. « Revenons à l’affaire du moment, l’accident de voiture du samedi 2 janvier qui implique le fils unique du procureur Jung. La seule survivante, a perdu à la fois toute sa famille mais aussi la mémoire et la faculté de parler. Les excuses du procureur ou de son fils vont-elles suffire à racheter leur faute ? La vie de la victime est complètement chamboulée. Un procès aura lieu dès que la victime âgée de 23 ans sera apte à porter plainte. En attendant, on se pose beaucoup de questions. Le procureur Jung va-t-il intervenir dans l’affaire de son fils et prouver ainsi que les rumeurs à son sujet étaient vraies ? Est- il lui aussi un politique corrompu alors qu’il est le premier à crier que l’on doit lutter contre la corruption dans le pays ? Dans .. »
Lorsqu’elle rouvre les yeux, elle réalise qu’elle n’est pas seule. En effet, elle remarque la présence de deux hommes à son chevet. Quand elle s’habitue enfin à la lumière, elle pose les yeux sur celui qui se tient le plus près. Il s’agit d’un homme âgé dont elle ne reconnait pas le visage, mais il est vêtu d’une uniforme et elle comprend qu’il s’agit d’un policier.
— Vous êtes réveillée Mademoiselle Yi ?
Elle hoche la tête, après avoir tenté de répondre à haute voix. Elle ne peut pas parler, elle l’avait oublié.. Le policier lui sourit, il a l’air d’être quelqu’un de chaleureux.
— Mademoiselle Yi, je suis venu vous dire que nous attendons votre décision pour lancer une enquête sur votre accident. On m’a dit que vous ne vous rappeliez de rien, est-ce vrai ?
Elle confirme de nouveau par un mouvement de la tête.
— Vous avez été victime d’un accident de voiture, vos parents ainsi que votre petite soeur sont.. décédés. Je suis navré de vous annoncer cela ainsi..
Elle fronce les sourcils, troublée par cette nouvelle, tandis que le policier reprend, essayant de rester professionnel et à la fois humain, car il voit bien qu’elle n’est pas en état d’encaisser de telles nouvelles.
— Celui qui a visiblement causé l’accident est fils du procureur Jung Tae Sik. Il nous faut votre signature pour commencer l’enquête. Prenez votre temps, nous allons revenir dans l’après-midi. À tout à l’heure Mademoiselle.
Le policier lui offre un sourire compatissant avant de s’en aller avec son collègue.


   
(c) DOUSHKA
Revenir en haut Aller en bas
DOUSHKA
avatar
-QUEEN OF HEARTS-
fondatrice
Messages : 86
points : 123
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SMILE SUNSHINE   Ven 3 Mar - 18:05





   


Smile sunshine
CHAPITRE I (suite)
Elle ne sait pas quoi en penser. Alors elle avait une famille mais ils sont tous morts? Pourquoi ne se souvient-elle pas d’eux ? Elle ressent une sorte de douleur étouffante dans sa poitrine, et se remet à pleurer. Pourquoi est-ce qu’elle pleure ? Parce qu’elle a perdu une famille dont elle ne se souvient pas ? Parce qu’elle a perdu tous ses souvenirs ? Parce qu’elle ne sait plus qui elle est ? Parce qu’elle est incapable de parler? On ne lui laisse pas le temps de se calmer, que déjà d’autres inconnus entrent dans la chambre. Il s’agit d’un homme plus âgé que le policier qui vient de sortir, en costume cravate, accompagné d’un jeune garçon.
— Bonjour Mademoiselle. Je suis le procureur Jung, j’imagine que vous avez déjà dû entendre parler de moi. Je suis celui qui vous a placé dans le meilleur hôpital de Séoul, et qui a assigné les meilleurs médecins pour vous soigner.
Elle le regarde en silence, à la fois surprise et intimidée par son regard froid et perçant. Pourquoi est-ce que ses paroles la mettaient mal à l’aise et en colère à la fois ?
— Je viens, avec mon fils, vous présenter nos excuses pour ce qui est arrivé. Je veillerais à donner une bonne leçon à mon fils, alors s’il-vous-plait annulez l’enquête, je ne peux pas laisser mon unique fils finir ses jours en prison. Si le bon dieu est miséricordieux, acceptez nos excuses vous aussi. Qu’est-ce que tu attends ? Excuse toi.
Ces derniers mots avaient été prononcés à l’intention du jeune homme qui s’empresse de se mettre à genoux, la tête baissée, il formule des excuses maladroitement, sans aucune émotion. Elle le toise avec sévérité. Comment peut-il s’excuser aussi froidement ? N’est-il pas responsable de tout ce qui lui arrive ? Il est celui qui a causé l’accident qui lui a fait tout perdre, sa famille, ses souvenirs, sa voix..
— Dites moi combien d’argent vous voulez, je vous en donnerez autant que vous voudrez. Et je vous fournirais évidemment une aide financière pour l’enterrement de votre famille, reprend le procureur.
Elle a tout perdu, et ne sait même plus pour quelle raison elle devrait vivre. Comment peuvent-ils se montrer aussi cruels et inhumains ? Pourquoi ne parle-t-il que d’argent alors qu’il lui a tout ôté? Sa vie lui a été volée. Et on lui propose de l’argent en retour ? Elle ne se souvient même pas du visage de ses parents ni de sa petite soeur, n’est-ce pas cruel ?
Elle se lève et retire toutes ces choses attachées à elle et plantées dans ses bras. Elle pose les pieds au sol et se dirige vers la porte, passant devant eux sans plus les regarder, elle ouvre la porte et sort, regarde autour d’elle, perdue, avec l’impression d’être dans un autre monde, un monde qui lui serait inconnu. Pourquoi il s’agit de son monde, et ce n’est pas un mauvais rêve dont elle pourrait se réveiller. Elle marche en regardant tout autour d’elle, les pieds nus, et se repère grâce aux flèches pour se rendre à la morgue. En la voyant arriver, une infirmière la reconnait et lui prend la main.
— Attendez Mademoiselle, vous ne devriez pas quitter votre lit..
Elle l’ignore et continue à marcher.
— Attendez, je vais vous y conduire, reprend l’infirmière en lui attrapant de nouveau la main.


Elle se laisse faire et l’infirmière la guide gentiment vers la morgue, puis elle a l’impression que le temps s’arrête, que tout autour d’elle s’efface lorsqu’on lui montre les corps de ses parents et de sa petite soeur. Ils sont livides, ils figés, ils sont froids lorsqu’elle les frôle du bout des doigts. Elle les observe avec une sorte de néant dans le coeur et dans le regard. C’est comme si tout avait disparu, c’est comme si l’espace de quelques secondes elle avait même perdu la faculté de ressentir des émotions, que son coeur s’était arrêté de battre, et que toutes ses pensées s’étaient évaporées, laissant place à du brouillard, partout, dans son esprit, autour d’elle.. Jusqu’à ce que tout revienne d’un coup, brusquement, avec la prise de conscience terrible de ce à quoi elle assistait. Ses parents. Sa petite soeur. Sa famille. Ils étaient morts. Elle toucha les cheveux lisses de sa mère, à la couleur d’ébène, et les larmes vinrent lui brouiller la vue une nouvelle fois, à mesure qu’elle réalisait la situation. À mesure qu’elle prenait conscience qu’il s’agissait de sa famille, et qu’ils étaient morts. Elle ne pouvait se rappeler d’eux, mais son coeur s’en rappelait. Elle ne retrouvait aucun souvenir lié à eux dans sa mémoire, comme si quelqu’un s’y était introduit et l’avait reformulée. Et ça ne faisait qu’augmenter sa frustration et cette douleur étouffante dans sa poitrine. Elle avait envie de crier, de sortir ce poids de sa poitrine, elle avait envie de les appeler, mais aucun son ne pouvait sortir d’entre ses lèvres, elle était condamnée au silence. Elle ne pouvait même pas pleurer réellement, ses sanglots étaient silencieux, comme inexistant, tout comme elle. L’infirmière finit par la saisir par le bras et l’attire vers la sortie, et bien qu’elle essaie de résister pour rester encore un peu en leur présence, elle n’a pas la force de lutter, comme si tout son corps, tout son être s’était vidé de son énergie. Elle ne se rend pas compte lorsqu’elle arrive dans sa chambre et ses pensées sont complètement ailleurs lorsqu’on la couche sur son lit d’hôpital.
— Est-ce que l’enquête a été ouverte ? demande Im Jae Han.
— Non, Monsieur. Elle n’a pas porté plainte, et a accepté de régler cela en privé avec le procureur et son fils.
— Il fallait s’y attendre de sa part, ce serait impossible qu’il en ait fait autrement. Il s’agit quand même de son fils unique. Ils sont allés lui rendre visite ?
— Oui, nous avons surpris le procureur Jung et son fils à l’hôpital ce matin, mais ils ne laissent pas les journalistes accéder au douzième étage.
— Évidemment, donc personne n’est au courant de ce qu’il s’y est passé.
— Non Monsieur, je suis désolé.
— Personne, sauf... la victime.
— Pardon ?
— Je vais aller lui rendre visite moi même.
— Mais Monsieur, vous pouvez y envoyer quelqu’un, pourquoi voulez-vous vous y rendre en personne ? Je peux y aller si vous le souhaitez !
Le jeune homme ne répond pas, et se dirige vers la porte.
— Ils ne vous laisseront pas entrer Directeur-nim..



   
(c) DOUSHKA
Revenir en haut Aller en bas
DOUSHKA
avatar
-QUEEN OF HEARTS-
fondatrice
Messages : 86
points : 123
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SMILE SUNSHINE   Ven 3 Mar - 18:05





   


Smile sunshine
CHAPITRE I (suite)
Im Jae Han ignore les mots de son employé et sort du bureau, pour quitter la compagnie. Devant l'entrée principale, son chauffeur l'attend déjà près de la voiture, et lui ouvre la portière de derrière lorsqu'il le voit arriver, mais Jae Han l'ignore et fait le tour pour monter dans la voiture côté chauffeur avant de la démarrer et de se mettre en route alors que son chauffeur a juste le temps de refermer la portière arrière. Il arrive à l'hôpital à peine quelques minutes plus tard et entre dans l'établissement après s'être garé dans le parking. Ce n'est pas la partie la plus difficile, les choses se compliquent lorsqu'il arrive au douzième étage et qu'il y découvre une dizaine de journalistes, appareils photos et micros en mains, donc certains sont occupés à manger des nouilles instantanées. Non loin de là, les portes qui donnent sur un long couloir de chambres VIP sont gardées par deux gros colosses. En essayant de ne pas paraître trop suspect, Jae Han se dirige vers eux en sortant son téléphone et appelle la journaliste Hong.
— Yeoboseyo ?
— Uh, chérie, je suis là dans quelques secondes, c'est bien le douzième étage?
— Ye? De quoi est-ce que vous parlez? Vous..
— Arasso, et c'est quelle chambre? Tu sais j'ai une mauvaise mémoire.. continue Im Jae Han en essayant de passer entre les deux colosses qui lui barrent la route.
Ces derniers le dévisagent avec leurs airs de dur à cuire, mais Jae Han leur sourit de toutes ses dents.
— Attends chérie, deux secondes.. Que se passe-t-il?
— Vous ne pouvez pas passer, dit l'un des hommes avec un air menaçant.
— Excusez moi messieurs, répond Jae Han, mais je suis venu rendre visite à ma petite amie, alors..
Il essaie à nouveau mais ils le repoussent. Jae Han prend un air offusqué et reprend le téléphone.
— Chérie ? Tu entends ça? Ils disent que je ne peux pas passer. Que je ne peux pas venir te voir !
À l'autre bout du fil, Mlle Hong semble enfin comprendre ce qui se trame.
— Bon, mettez moi sur haut parleur.
Il s'exécute en prenant un air sérieux, met le haut parleur et tend le téléphone vers les deux gardes.
— Ils m'entendent là ?
— Oui, oui, ils t'entendent chérie, répond Jae Han, en poursuivant son petit spectacle.
— Ya ! out voulez mourir ?! Si je sors de cette fichue chambre d'hôpital vous allez mourir de mes mains ! Vous allez le regretter si vous ne le laisser pas entrer, je compte jusqu'à trois !
Les deux hommes qui font deux têtes de plus que Jae Han et restaient plantés là avec leurs expressions figées se décomposent à mesure qu'elle hurle. Ils se regardent alors que Jae Han s'autorise un sourire furtif, retenant son rire.
— Ooh, si j'étais vous je ne risquerais pas de l'énerver d'avantage, vous ne connaissais pas ma copine, même moi elle m'effraie lorsqu'elle s'énerve ainsi, rajoute Jae Han pour les convaincre.
On entend alors le compte à rebours de Mlle Hong d'un ton menaçant.
— Hana..
Les deux colosses se regardent avec des airs interrogatifs.
— Dul..
Puis ils regardent Im Jae Han qui prend un air compatissant et ferme les yeux.
— Set !
Ils regardent alors le téléphone et finissent par s'écarter.
— Je me lève là, je vais vous régler votre compte moi, vous allez voir !
— C'est bon ma chérie, ils me laissent passer, ne te lève pas, j'arrive, dit Jae Han en voyant que les deux hommes lui font signe d'entrer.
Il sourit et tapotte leurs épaules en passant entre eux, une fois dans le couloir, il porte le téléphone à son oreille et demande à Mlle Hong dans quelle chambre elle se trouve, bien qu'il sache qu'elle est à la compagnie.
— Je vous en prie, il n'y a pas de quoi, répond cette dernière sur un ton amusé.
—D'accord, je suis là, ne te lève pas, j'ai trouvé, dit le jeune homme avant de jeter un coup d'oeil par dessus son épaule, voyant qu'on le surveille. Il entre dans la chambre qui se trouve juste en face de celle de la victime de l'accident. À l'intérieur, un vieil homme plante son regard dans le sien. Jae Han lui sourit, et s'excuse, prétextant s'être trompé de chambre. Il ouvre à nouveau la porte et jette un nouveau coup d'oeil en direction des portes du couloir, derrière lesquelles on voit les deux colosses à travers les petites vitres. Il n'est plus surveillé. Il sort rapidement et fonce dans la chambre d'en face.


   
(c) DOUSHKA
Revenir en haut Aller en bas
DOUSHKA
avatar
-QUEEN OF HEARTS-
fondatrice
Messages : 86
points : 123
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SMILE SUNSHINE   Ven 3 Mar - 18:42





   


Smile sunshine
CHAPITRE I (suite)
Une fois à l'intérieur, il referme la porte et promène son regard sur l'endroit sans voir qui que ce soit qui ressemble à la personne qu'il cherche. Il n'y a personne à l'intérieur. Il ressort et regarde de chaque côté du couloir avant d'apercevoir quelqu'un au bout, une jeune fille qui disparait à l'angle. Il se met en marche dans cette direction et finit par arriver à ce qui semble être des portes donnant sur les escaliers, la sortie de secours. Il ne voit personne, la voie étant libre, il pousse la porte et entre dans la cage d'escaliers, avant d'entendre des voix d'hommes à l'étage d'en dessous.
— Rien à signaler monsieur. Les journalistes qui ont essayé de passer par ici tout à l'heure ne sont pas revenus.
Il y a donc d'autres gardes pour surveiller cette possible entrée.. Jae Han choisit de monter à l'étage d'au dessus, qui donne visiblement sur le toit. La porte qui devrait être verrouillée est entrouverte. Est-ce qu'elle est partie prendre l'air? Il fronce les sourcils en arrivant à son tour sur le toit de l'immeuble, et il regarde tout autour avant de l'apercevoir. Elle est au bout, suspendue au dessus du vide, prête à sauter. Il ne réfléchit pas et se précipite vers elle, les yeux écarquillés de surprise et d'effroi à l'idée de ce qui était en train de se passer.
— Ya ! Qu'est-ce que vous faites? Ne faites pas ça, arrêtez vous !
Elle ne répond pas, et se contente de pivoter légèrement la tête, lui jetant un regard par dessus son épaule. Il tend la main en l'approchant mais elle s'écarte sur le côté, manquant de tomber. Jae Han recule d'un pas, les deux mains devant lui, comme s'il cherchait à apaiser un animal effrayé.
— Ne faites pas cela.. Se Ra-sshi
La jeune fille se détourne, et il comprend qu'elle peut sauter d'un moment à l'autre, qu'il doit agir, et au plus vite, avant qu'une chose horrible n'arrive juste devant ses yeux. Il ne peut pas laisser une telle chose arriver.
— Écoutez-moi ! Je ne m'approcherais pas, mais écoutez-moi juste un instant. Je..
Il ne sait que dire, comment la convaincre de changer d'avis, il est paralysé, tous ses sens en alerte. Si elle saute, il devra la rattraper, mais à cette distance, impossible de le faire.

— Écoutez.., reprend Jae Han. Je sais que c'est difficile pour vous. Vous avez perdu votre famille, et même tous les souvenirs, et vous avez l'impression d'être seule au monde, que tout autour de vous s'écroule, et qu'il n'y a personne à vos côtés pour vous aider. Je suis moi aussi passé par là, je... j'ai aussi perdu mes parents. Je sais exactement ce que vous ressentez. Votre coeur a mal, vous avez l'impression d'étouffer dans la douleur.. je le sais.
Jae Han s'approche discretement, à mesure qu'il parle d'une voix douce, profitant du fait qu'elle ne le regarde pas. Mais au moins, elle semble écouter ce qu'il a à dire, alors il reprend.

— Mais vous vous trompez si vous pensez que ceci va résoudre tout..
(à suivre)


   
(c) DOUSHKA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: SMILE SUNSHINE   


Revenir en haut Aller en bas
 
SMILE SUNSHINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» << Let the sunshine in >> { PV Aroz }
» Let the Sunshine in! [pv Olychounette]
» Why do you smile all the time ? (RP libre : 1,2,3 personnes ?)
» Ains't no sunshine when she's gone (31/05, 17h29)
» Good morning, sunshine. [Hiro Shima]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TMYS : Tell Me Your Story ::  :: histoires realistes-
Sauter vers: